1. La responsabilité finale et l’autorité suprême des services mondiaux des Alcooliques anonymes devraient toujours relever de la conscience collective de notre association tout entière.

2. Les groupes des AA confirmèrent, en 1955, les Statuts permanents de leur Conférence des Services généraux ; ils déléguèrent à cette dernière, par le fait même, l’autorité pleine et entière sur le maintien actif de nos services mondiaux, faisant ainsi de la Conférence – sauf pour tout changement aux Douze Traditions ou à l’article XII des Statuts – la voix réelle et la conscience effective de notre société tout entière

3. Afin de créer et de maintenir par la tradition des rapports clairement définis entre les groupes, la Conférence, le Conseil des Services généraux et ses différentes sociétés de service, leur personnel, les comités et les directeurs, et ainsi assurer l’efficacité de leur direction, il est suggéré de doter chacun de ces éléments de service mondial d’un « Droit de décision » traditionnel.

4. Nous devrions, à travers toute la structure de notre Conférence et à tous les niveaux de responsabilité, maintenir un « Droit de participation » traditionnel qui ferait en sorte que chacun des groupes ou catégories, parmi nos serviteurs mondiaux, se verrait accorder une représentation par vote qui corresponde raisonnablement à la responsabilité assumée.

5. Dans toute notre structure de service mondial, un « Droit d’appel » traditionnel devrait prévaloir, nous assurant ainsi que l’opinion minoritaire sera entendue et que les pétitions pour remédier à des griefs personnels seront soigneusement prises en considération.

6. Notre Conférence des Services généraux, au nom d’AA dans son ensemble, a comme responsabilité principale de veiller à la survie de nos services mondiaux et, par tradition, détient la décision finale sur les grandes questions d’orientation générale et de finance. D’autre part, la Conférence reconnaît que l’initiative principale et la responsabilité active, concernant la plupart de ces questions, devraient appartenir aux administrateurs membres de la Conférence, quand ils siègent ensemble pour former le Conseil des Services généraux des Alcooliques anonymes.

7. La Conférence reconnaît que les Statuts et les Règlements du Conseil des Services généraux sont des instruments légaux donnant pleins pouvoirs aux administrateurs pour gérer et diriger les affaires des services mondiaux des Alcooliques anonymes. Il est de plus entendu que les Statuts de la Conférence, quant à eux, ne sont pas un document légal, mais que leur pleine efficacité dépend plutôt de la force de la tradition et des capacités financières des AA.

8. Les administrateurs du Conseil des Services généraux ont deux fonctions fondamentales à remplir : a) pour ce qui est des grandes questions d’orientation générale et de finance, ils sont les principaux responsables de la planification et de l’administration, tâches qu’ils exécutent personnellement et avec l’aide de leurs principaux comités ; b) pour ce qui est de nos sociétés de service distinctes et constamment actives, les administrateurs en sont essentiellement les propriétaires à part entière et les gardiens, exerçant leur surveillance sur elles par le droit qu’ils ont d’en nommer tous les directeurs.

9. De bons chefs, de même que des méthodes saines et appropriées pour les choisir, sont indispensables, à tous les niveaux de service, pour notre fonctionnement et notre sécurité futurs. Il est indispensable que l’orientation fondamentale des services mondiaux, d’abord assurée par les fondateurs des AA, soit maintenant assumée par les administrateurs du Conseil des Services généraux des Alcooliques anonymes.

10. À chaque responsabilité de service doit correspondre une autorité équivalente, dont l’étendue sera bien définie, que ce soit par la tradition, par une résolution, par une description de tâche précise ou par des statuts et règlements appropriés.

11. Les administrateurs, qui ont la responsabilité finale de la gestion du service mondial des AA, devraient toujours s’entourer des comités permanents, directeurs, cadres, employés et conseillers les plus compétents possible. Il est donc très important d’apporter le plus grand soin à la composition de ces comités de base et conseils de service, aux compétences personnelles de leurs membres, à la façon de les sélectionner et d’établir des systèmes de rotation et de corrélation entre les divers services, aux droits et devoirs particuliers des cadres, membres du personnel et conseillers, de même qu’à l’établissement de critères appropriés pour la rémunération de ces employés qualifiés.

12. Les Garanties fondamentales de la Conférence : dans toutes ses délibérations, la Conférence des Services généraux se conformera à l’esprit de la Tradition AA, en prenant soin de ne jamais devenir le siège d’une concentration périlleuse de richesse ou de pouvoir ; elle aura, en saine administration, la prudence de s’assurer un fonds de roulement suffisant et une réserve appropriée ; aucun de ses membres ne devra jamais se retrouver en position d’autorité indue par rapport à un autre ; elle prendra toutes ses décisions importantes après discussion et vote, en recherchant la plus grande unanimité chaque fois que cela sera possible ; elle ne prendra jamais de mesures punitives personnelles et ne posera aucun geste qui puisse provoquer la controverse publique ; elle ne fera jamais acte de gouvernement, bien qu’elle soit au service des Alcooliques anonymes, et demeurera toujours, à l’image de l’association qu’elle sert, démocratique en pensée et en action.